Strict Standards: Non-static method dcRelatedPages::relatedMode() should not be called statically in /home/gillesbe/www/ramassi/dotclear/themes/keepsake/template.php on line 55

C'est dans l'air

Émission "C Dans l'air", ce soir, sur le thème des fraudes électorales à l'UMP

La démocratie c'est difficile, il faut y aller petit à petit, c'est normal

En gros, il est normal que le monde politique, qui passe son temps à donner à tout le monde des leçons de démocratie, soit incapable de l'appliquer pour elle-même. Il est presque normal qu'ils trichent lors d'un vote (!!!), c'est une question de temps pour "prendre les bonnes habitudes". Pourtant, tricher lors d'un vote, qui représente à la fois le cœur et le symbole de la démocratie, c'est sans doute l'un des actes les plus durs et les plus méprisants que l'on puisse poser à l'encontre de l'esprit de la démocratie. C'est l'un des plus graves. Personne ne semble vouloir mesurer cela.

Le recours à la justice, c'est le feu nucléaire

La Justice, c'est l'un des trois pouvoirs garants de l'équilibre démocratique. Se soumettre à son examen, c'est théoriquement chercher à dévoiler la vérité de façon indépendante. Que cela soit assimilé au "feu nucléaire" en dit long sur le fonctionnement du monde politique. Comment ne pas entendre "s'ils savent tout de notre fonctionnement on est cuits".

Il y a encore plus fort, car personne ne s'arrête pour dire : pourquoi continuons-nous à faire confiance à des gens qui portent de telles valeurs? On a pu douter, jouer un peu l'autruche, se rassurer en rationalisant, mais cette fois-ci les faits sont éclatants. Est-ce que l'on peut de façon raisonnable confier à de telles personnes les clés de notre destin, de nos finances, de l'organisation de notre vie quotidienne? Pouvons-nous dire à des gens qui ont la vérité en horreur, allez-y, représentez-nous, nous vous faisons confiance? Cela n'a aucun sens. Un enfant de 5 ans est capable de comprendre en quoi cela est un problème.

Pourtant aucun commentateur ne soulève cette question. Il y a une sorte de contradiction silencieuse : d'un côté on semble considérer comme normal, ou tout juste regrettable, que nos dirigeants se soient comportés comme des malfrats (sur ce dossier et dans beaucoup d'autres). On feint de croire qu'ils n'adoptent pas ailleurs la même attitude. Mieux, il est posé dans les débats comme une sorte de préalable implicite qu'ils sont dignes de confiance. Et c'est sur cette base acquise que l'on débat du problème actuel, à savoir : ils trichent. C'est à dire que, comme ils sont dignes de confiance, on tolère le fait qu'ils puissent ne pas être dignes de confiance. On accepte de ne pas pouvoir leur faire confiance parce qu'on leur fait confiance.

Nous sommes face à un comportement irrationnel. Cela n'a rien de rare chez l'être humain, mais nos sociétés occidentales refusent presque systématiquement de regarder ce genre de situation en face, puisque pour elles, par définition, rien d'autre n'existe dans l'Univers que la logique et la rationalité, c'est notre cosmogonie.

Il y a cependant un explication à cette sorte d'absurdité (ouf, retour à la logique). Et je crois qu'un simple constat permet d'en faire la démonstration : il a été prouvé que plus une personne passe à la télévision, plus on lui fait confiance pour accéder aux responsabilités politiques. Peu importe ses propos, peu importe les raisons qui la font passer à la télévision, plus elle est vue, plus elle est "éligible".

C'est comme s'il y avait deux parties de nous-mêmes qui entraient en jeu.

  • La première est inconsciente. Elle donne d'autant plus de poids à un individu qu'on le voit souvent à la télévision. Et ce poids est perçu comme un gage de "sérieux".

    Cette sensation, selon moi, provient d'une partie animale, probablement logée dans le cerveau reptilien, qui nous incite à nous soumettre au mâle dominant, à celui qui est capable de se montrer le meilleur par sa force ou par sa ruse. Ce fonctionnement animal, ce comportement de meute, est toujours vivant et toujours à l’œuvre dans l'homme contemporain. S'il était sans doute utile dans le monde animal, où le plus malin, où le plus agile, représentait généralement le meilleur défenseur pour le groupe, il est devenu aujourd'hui dysfonctionnel. L'homme a trop évolué depuis l'animal. La nature lui demande aujourd'hui, pour poursuivre son évolution, de dépasser ce niveau de compréhension du groupe, basé sur la compétition, la rivalité et la "sélection naturelle". Il s'agit, par exemple, d'apprendre les vertus et les forces bien supérieures qu'offrent l'unité, la coopération et la solidarité. Si nous voulons survivre, il va nous falloir identifier ces anciens schémas en nous, pour être capables de les laisser tomber et de les dépasser. Nous allons trouver d'autres moteurs plus puissants et mieux ajustés. Cela ouvre des perspectives immenses et c'est la seule voie pour sortir de nos multiples crises. C'est l'enjeu de notre époque (évoluer ou disparaître).

  • La seconde partie découle de notre analyse consciente et rationnelle, bien que notre manière de raisonner soit colorée par le fond inconscient. Nous voyons bien qu'ils trichent, pourtant nous ne réagirions pas de la même manière s'il s'agissait d'une association de citoyens, ou d'un parti politique africain par exemple. Nos jugements et nos condamnations seraient alors bien plus tranchés. Finalement ce fond inconscient et irrationnel est bien plus déterminant que son appendice verbal et logique, il est la racine, il est la branche au bout de laquelle remuent les feuilles : au fond, c'est lui qui fait le mouvement.

Il est crucial aujourd'hui pour nous de rendre conscient ce phénomène. C'est un préalable à la survenue d'autres modes de fonctionnement plus évolués et plus adaptés à l'homme.


Trackbacks

Pour faire un tracback sur ce billet : http://ramassi.net/tb.php?id=810